La maudite résolution

Et bien, voilà que le temps des fêtes est déjà passé, le stress de faire l’arbre de Noël est tombé, la famille partie, mais oh! Voilà. Un nouveau stress vient de faire une jolie rentrée dans notre pauvre petit corps fatigué. Le rappel de cette résolution du 31 décembre minuit qui sera celle pour la nouvelle année!

Mais d’où vient cette fameuse idée de vouloir tant changer sa vie d’un seul coup par sa simple bonne volonté le 31 décembre au soir? La signification du Nouvel An remonte à l’Antiquité romaine. Le mois de janvier était associé au Dieu Janus;  le gardien des passages et des croisements, divinité du changement et de la transition. Il représentait le passé et l'avenir. Et, comme le 1er janvier est surtout considéré comme une date symbolique, ce phénomène de masse est toujours resté ancré à travers les générations.

Alors, en résumé, on veut changer une habitude malsaine ou une façon d’être qui nous semble inadéquate. Mais comme quoi? L’éternel « j’arrête de fumer », je dois arrêter de manger mes émotions et perdre 10 livres ou encore mieux, payer la carte de crédit qui se retrouve étrangement dans mes mains à chaque virée de magasinage. Et pour montrer notre super motivation aux autres, on est là à se vanter haut et fort « Moi, j’ai tellement trouvé ma résolution annuelle, heu... pas toi?!!»

Malheureusement, même vouloir au plus profond de nous, cette maudite résolution ne marche jamais! Pourquoi?! C’est très simple! Cette décision (la résolution!) est souvent prise de façon spontanée et impulsive. Les résolutions devraient plutôt êtres davantage fondées dans l'être que dans l'avoir. Exemple (fictif!): à partir de janvier, à mon retour du travail, je consacrerai tout mon temps aux enfants avant le souper, et nous partagerons sur les différents moments de la journée. Avec cette résolution, je pense en premier au bonheur de mes enfants, mais pas au mien, car j’aimerais bien mieux prendre du temps pour moi seule et lire un bon livre et ainsi décompresser de ma journée tumultueuse. Donc, cela ne me tente pas de prendre cette résolution, mais je la considère comme préférable. C'est par devoir que je prends cette « décision » qui me crée une nouvelle obligation.

Sincèrement, je crois que cette résolution devrait être planifiée en tant que projet. Car, un projet, ça se planifie et se travaille et ça devrait, normalement, demander  un temps de réflexion et une connaissance de soi. Même le dictionnaire le dit; une résolution est une décision volontaire arrêtée après délibération. Souvent (et on ne devrait pas) on écoute notre sœur ou un collègue, et hop, l’influence d’autrui vient jouer dans cette prise de décision. Mais cela ne devrait jamais être ainsi. La résolution devrait venir de notre petit intérieur. Et il faut toujours garder en tête que notre projet repose sur une amélioration que l'on désire vraiment.

Alors, commençons à préparer ce magnifique projet «super tendance» depuis xyz années. Non, sérieusement, il faut, en premier lieu, savoir ce qui nous motive à prendre cette résolution. La motivation doit venir de nous-même, on se le rappelle! Ensuite, il faut être précis dans cette action. Si je veux perdre du poids, je dois savoir quels aliments couper de mon alimentation, combien d’heures je dois aller m’entraîner, etc. Il faut vous visualiser. C’est prouver que lorsque nous nous voyons avec le résultat positif même si c’est un projet à long terme, cela n’est que bénéfique pour la poursuite de  notre projet/rêve. Faites-vous une discipline, et suivez-là. Combien de fois devrais-je aller au gym par exemple. Notez dans un petit carnet toujours près de vous, ce que vous faites. Allez-y avec vos capacités et limites, car il ne faudrait pas vous décourager dès la première semaine. Gardez en tête le mot « réalisable ». Je donne l’exemple de la perte de poids, mais si, comme plusieurs, votre résolution est d’arrêter de fumer, et bien vous devez penser aussi aux sautes d'humeurs conséquentes. Donc, on arrête progressivement (réduction de 5 cigarettes à 2..), sinon on risque d’arracher la tête au premier venu qui ne nous renverra pas notre petit sourire si coquin des journées normales. Finalement, faites des actions concrètes et réalistes.

Votre projet doit être tangible pour ainsi constater votre réussite progressivement. Alors, pourquoi ne pas couper votre projet en petits objectifs courts. Ça risque d’être tellement plus motivant pour vous!! Et en plus, pensez-y! Il y aura beaucoup plus d’occasions pour fêter et vous féliciter de vos réussites successives! Évidemment, créer un projet à long terme, on parle ici d’un projet d’environ peut-être 365 jours, comporte son lot d’obstacle. Cela ne peut être facile et il y aura certainement des obstacles. Et, même peut-être devrez-vous changer d’environnement. Quelqu’un qui aurait comme objectif d’arrêter de consommer de la drogue, il devrait assurément arrêter de côtoyer son cercle d’amis qui eux, aiment perdre le nord à chaque semaine. Il faut garder en tête que la route sera sinueuse, que parfois vous ne verrez pas la fin. Mais, c’est à ce moment qu’il faudra garder en tête que c'est la force du désir qui soutient toute cette démarche et que par elle, vous parviendrez à la réussite de votre résolution de cette année. Soyez optimistes et entourez-vous des meilleures personnes qui soient, et sur qui, vous pourrez toujours vous appuyer en cas de besoin... Ou encore mieux, pour fêter ensemble votre réussite!

Je vous souhaite à tous une très belle année et espère que la maudite résolution de 2014 deviendra un très beau projet pour cette merveilleuse année que sera 2015.

Article rédigé par Véronique Goupil