L'amitié quand on est différent

Je me souviendrai toujours de ce jour où, au retour de l'école, mon fils m'a annoncé tout fier qu'il avait reçu une invitation pour l'anniversaire de son ami.  C'était sa toute première invitation à une fête d'amis.  En fait, c'était la toute première fois où il me disait qu'il avait « un ami »!

 Crédit photo : Annie Goudreau

Crédit photo : Annie Goudreau

C'était l'année dernière, et mon fils avait 9 ans.

Bien sûr, mon p'tit roux a toujours joué avec d'autres enfants, mais jamais il ne m'avait dit qu'il avait un ami avant ce jour-là.  Et en fait, quand je dis « jouer », je fais surtout référence au fait que fiston a déjà été en présence d'autres enfants... Parce que « jouer avec les autres », ça, il ne l'a jamais vraiment fait.

Mon fils est (entre autres!) hyperactif (un vrai de vrai!), il a de la difficulté avec la gestion des émotions et quand quelque chose ne va pas, il explose, physiquement et verbalement.  L'ensemble de ses différentes problématiques fait en sorte qu'il entre dans la catégorie des enfants « pas comme les autres ».  Et quand on est un enfant, ne pas être comme les autres, on le sait, c'est très difficile! Que ce soit parce qu'on a un physique différent ou parce qu'on a des comportements qui dérangent, un enfant qui n'est pas comme ses semblables aura souvent beaucoup de difficultés à se faire des amis.

 Crédit photo : Annie Goudreau

Crédit photo : Annie Goudreau

Autour de moi, j'en ai tout plein, des enfants « pas comme les autres ».  Des enfants avec un surpoids, des enfants avec des lunettes, des enfants qui ont des problèmes de propreté (encoprésie, pipi dans la culotte, etc.), des enfants avec un trouble de la parole, un trouble de compréhension, un trouble moteur ou praxique...  Des enfants qui dérangent... et qui sont les victimes de railleries, d'intimidation, qui sont pointés du doigt, qui sont mis de côté, qui n'ont pas d'amis. Des enfants qui ne veulent plus aller à l'école, qui font de mauvais coups pour attirer l'attention, des enfants colériques, dépressifs, anxieux, solitaires et toujours tristes!

Et il y a des « p'tits roux » comme le mien, des pas tout à fait comme les autres, mais qui attirent tout de même la sympathie des autres. À la rigolade, j'aime dire que « c'est parce qu'il est roux et tout mignon avec ses taches de rousseur », mais en même temps, ça me dérange un peu – syndrome de l'imposteur! Il faut dire aussi que depuis le tout début de sa scolarité, les enfants et leurs parents sont au courant des particularités de fiston. Dès la toute première journée de maternelle, j'ai expliqué devant la classe qui était fiston, ses problématiques et sa façon de réagir dans diverses situations, parce que j'ai toujours cru que les gens jugeaient et se moquaient de ce qu'ils ne connaissaient pas, de ce dont ils avaient peur...

 Crédit photo : Annie Goudreau

Crédit photo : Annie Goudreau

Maintenant, à 10 ans, mon p'tit roux est capable d'expliquer tout seul qui il est, autant aux adultes qu'aux autres enfants. Et il est capable de se faire des amis tout seul aussi!  Et ça, c'est le plus beau baume du monde sur mon cœur de maman...

Est-ce que vos enfants « pas-tout-à-fait-comme-les-autres » ont des amis? Ça a été long?  Racontez-nous!

Article rédigé par Annie Goudreau
Son blogue : Morceaux-arc-en-ciel