Expérience de Pâques : l'oeuf de caoutchouc

Bonjour les scientifiques!

Me voici de retour avec une expérience parfaite à réaliser pendant les vacances de Pâques! L'an dernier je vous avais présenté « l'oeuf qui coule, l'oeuf qui flotte » qui avait été un grand succès chez nous. Cette fois-ci, pour rester dans la thématique pascale, je vous propose de transformer un oeuf normal en oeuf de caoutchouc! Mais attention, il faut s'armer d'un peu de patience puisque cela prend quelques jours pour en arriver au résultat final. Mais l'attente en vaut le coup!

Bonne expérimentation!

Maman-Bricole

 Crédit photo : Véronique Désormeaux

Crédit photo : Véronique Désormeaux

Préparation: 5 minutes
Observation: environ 4 jours

Expérimentation: jusqu'à ce que votre enfant fasse éclater l'oeuf... ;-)

Pour transformer votre oeuf normal en oeuf de caoutchouc, vous aurez besoin de :

  • un pot Mason
  • du vinaigre blanc
  • un oeuf frais
  • du colorant (facultatif)

1. Voici votre matériel de base.

 Crédit photo : Véronique Désormeaux

Crédit photo : Véronique Désormeaux

2. Dans un premier temps, remplissez votre pot Mason de vinaigre, en laissant un espace d'environ 1 ½ pouce dans le haut de votre contenant. Cela permettra au gaz produit par la réaction chimique de s'échapper. Vous pouvez également ajouter du colorant pour que votre oeuf soit coloré au final, mais cette étape est tout à fait optionnelle. N'en mettez pas trop cependant, vous pourriez ne plus être capable de bien voir votre oeuf si l'eau est trop foncée.

N.B. Vous pouvez utiliser un contenant de plastique hermétique si vous préférez. Assurez-vous simplement de pouvoir bien voir au travers.

 Crédit photo : Véronique Désormeaux

Crédit photo : Véronique Désormeaux

3. Vous pouvez maintenant ajouter votre oeuf délicatement et refermer le couvercle fermement.

 Crédit photo : Véronique Désormeaux

Crédit photo : Véronique Désormeaux

4. Tout de suite, votre oeuf coulera au fond du pot et des bulles d'air se formeront à la surface de la coquille.

 Crédit photo : Véronique Désormeaux

Crédit photo : Véronique Désormeaux

5. Quelques heures plus tard, l'oeuf remontera à la surface et vous remarquerez que de petites bulles d'air flottant sur les parois du bocal.

 Crédit photo : Véronique Désormeaux

Crédit photo : Véronique Désormeaux

6. Encore quelques heures plus tard, vous constaterez qu'une première couche de l'oeuf tend à se dissoudre, formant ainsi une substance visqueuse sur le dessus de votre pot.

 Crédit photo : Véronique Désormeaux

Crédit photo : Véronique Désormeaux

7. La journée suivante, vous verrez une couche de gélatine plus importante flotter sur le vinaigre.

 Crédit photo : Véronique Désormeaux

Crédit photo : Véronique Désormeaux

8. Encore une autre journée plus tard, les bulles se feront moins présentes sur la coquille de l'oeuf.

 Crédit photo : Véronique Désormeaux

Crédit photo : Véronique Désormeaux

9. Au fil de la journée, les bulles disparaîtront presque complètement. Vous verrez alors que la coquille est presque dissoute en entier!

 Crédit photo : Véronique Désormeaux

Crédit photo : Véronique Désormeaux

10. Le jour suivant, l'oeuf devrait avoir coulé au fond du pot. C'est signe que l'expérience est terminée!

 Crédit photo : Véronique Désormeaux

Crédit photo : Véronique Désormeaux

11. Vous pouvez maintenant sortir votre oeuf, l'éponger délicatement et réaliser que la coquille est vraiment complètement dissoute!

 Crédit photo : Véronique Désormeaux

Crédit photo : Véronique Désormeaux

12. Il s'agit d'un véritable oeuf de caoutchouc en surface! Impressionnant! On voit même le jaune d'oeuf à travers la coquille!

 Crédit photo : Véronique Désormeaux

Crédit photo : Véronique Désormeaux

13. Vous pouvez doucement le presser entre vos doigts pour observer sa texture rebondit!

 Crédit photo : Véronique Désormeaux

Crédit photo : Véronique Désormeaux

14. Cependant, gardez en tête que l'intérieur de l'oeuf lui, est resté le même... L'oeuf ressemble à du caoutchouc, mais il n'en n'est pas véritablement. ;-)

 Crédit photo : Véronique Désormeaux

Crédit photo : Véronique Désormeaux

Article rédigé par Véronique Désormeaux