Entrevue et confidences avec Marie-Claude Barrette

Je l'admets, je ne suis pas une personne qui suit de près la politique. Je suis à l'affut des nouvelles mais rien de plus. Alors, c'est cette année que j'ai réellement découverte Marie-Claude à l'émission 2 Filles le matin

Lorsqu'elle interview ses invités, elle pose de bonnes questions et c'est toujours très intéressant. De plus, je trouve que c'est une femme honnête et intègre. Quand je l'ai contacté pour une entrevue, elle a accepté sans hésitation. 

Marie-Claude, merci pour votre temps. C'est très apprécié. 

Sans plus tarder, voici mon entrevue avec Marie-Claude Barrette.  

Bonne lecture !

____________________________________________________________________________________

Entrevue et confidences avec Marie-Claude Barette

Jaime : Comment  trouvez-vous la co-animation d’une «quotidienne » ?  C’est quoi votre plus grand défi ? 

M-C : C’est un cadeau dans ma vie !  Je suis curieuse de nature et les histoires des gens m’ont toujours intéressé.  La co-animation avec Isabelle Racicot se passe très bien.  Elle connaît bien son métier, c’est très rassurant d’être à ses côtés.  Le plus grand défi est d’intéresser les gens à la maison.  Des fois, il y a des aspects de l’histoire d’une personne qui m’intéressent  mais je dois toujours me poser la question : ça mène l’entrevue où, qu’est-ce que ça ajoute au contenu ?  Genre de questions que l’on ne se pose pas dans la vie de tous les jours.

 

Jaime : Est-ce qu’il y a quelqu’un en particulier que vous aimeriez interviewer ?

M-C : J’aimerais bien interviewer Andrée Lachapelle, cette grande dame !  Depuis que je suis très jeune, cette femme m’inspire.  Elle semble bien dans sa tête et dans son corps.  J’aimerais bien connaître ses secrets.

 

J : Vous avez longtemps habité le Bas St-Laurent.  Comment s’est passé votre retour dans la grande région de Montréal ?

M-C : Je suis fondamentalement une « urbaine » donc pour moi ce fut seulement un retour aux sources.

 

J : Depuis votre réorientation de carrière, comment vivez-vous la conciliation travail/famille ?

M-C : Beaucoup plus facilement, avant je dirigeais une école de musique, le travail était extraordinaire mais les horaires étaient plus contraignants.  De plus maintenant, j’ai un conjoint qui est là tous les soirs, ce que je n’avais jamais connu.


J : Pouvez-vous nous faire part d’une activité que vous aimez faire avec vos enfants à la maison ?

M-C : La cuisine, j’essaie de les initier à cet art.  Ils m’étonnent par leur curiosité, ils réalisent que les aliments viennent de quelque part.  Que les épices ne ce sont pas fait en usine, qu’il y a des chasseurs d’épices.  Que la qualité et la provenance des  fruits et des légumes sont en fonction des saisons.  Quelle est la différence entre le riz, la semoule…  D’où provient le couscous, les tagines…

 

J : Ce sont quoi vos désirs/rêves en tant que femme ?

M-C : Je ressens un grand besoin de nourrir mes amitiés.  J’ai des amis malades et j’ai envie de prendre soin d’eux.  L’amitié prend une grande place dans ma vie.  Souvent, le quotidien prend le dessus et c’est la première chose que l’on néglige mais on doit mettre des efforts pour conserver ces êtres précieux qui nous entourent.

J’ai un rêve : écrire, je ressens ce besoin depuis un bon moment déjà.  J’ai envie de livrer les grandes leçons que j’ai apprises à travers  mes expériences de vie.  J’ai un parcours particulier, j’ai dû à plusieurs occasions « lâcher prise ». Durant ces moments, j’ai dû puiser au fond de moi des ressources que je ne savais pas que je possédais.

 

J : Quel est votre plus grand défi en tant que mère ?

M-C : Mon défi depuis maintenant 14 ans est toujours d’aiguiser ma patience.  Je ne suis pas une mère qui a tout mis de côté pour ses enfants, j’ai fait des choix en fonction d’eux mais j’ai toujours eu besoin de mon oxygène.  Quand je sens que je n’ai plus accès à cet oxygène, je deviens impatiente.  C’est un grand défi que de s’épanouir sur  le plan personnel tout en étant une maman de trois enfants !!!

 

J : Quelle est votre plus grande fierté en tant que mère ?

M-C : L’ouverture sur les autres qu’ont mes enfants.  Ils aiment le monde, ile ne jugent pas les autres  sur des bases frivoles.  Ils sont curieux, ils se questionnent sur tout, ils ne prennent pas les choses pour acquis. 

 

J : Que faites-vous pour prendre du temps pour soi ?

M-C : J’écoute de la musique, j’aime tous les styles.  J’ai l’impression de voyager tout en restant dans mon salon.  J’aime perdre mon temps dans les librairies et  les bibliothèques et j’insiste sur perdre mon temps.  J’aime aussi prendre un café dans un café sur le bord d’une fenêtre pour observer les gens et tenter de deviner leur histoire.

 

J : Récemment, vous avez fait une émission sur l’intimidation à 2 filles le Matin.  Étant moi-même victime d’intimidation au primaire et au secondaire, je voulais connaître votre opinion sur le sujet.  Trouvez-vous que l’intimidation aujourd’hui  atteint de nouveaux sommets ?

M-C : Je suis très préoccupée par l’intimidation.  La violence arrive vite dans nos cours d’école.  J’ai de la difficulté à m’expliquer qu’il y en ait autant dans des lieux supposément « surveillés ».  Les moyens pour intimider les autres sont devenus puissants.  La cyber-intimidation peut détruire la réputation d’un jeune en quelques heures ou en quelques jours.  Comme société, nous devons prendre des décisions importantes pour faire en sorte qu’il n’y ait plus d’intimidation au moins dans nos écoles.  Les parents doivent savoir quoi faire, les victimes doivent savoir vers qui se tourner sans aggraver leur cas.  Je lève mon chapeau à Jasmin Roy qui tente de réveiller bien des décideurs face à ce problème qui prend de l’expansion.

 

MERCI beaucoup Marie-Claude pour votre temps.

Vous pouvez suivre Marie-Claude sur Twitter: @MClaudeBarrette.  
Elle est aussi co-animatrice à 2 Filles le matin.
Pour en apprendre plus sur la Fondation Jasmin Roy, cliquez ici.