Avant ou après souper, les devoirs et les leçons?

Comme plusieurs autres parents, je me suis longuement posée la question quand mon aînée a entamé sa première année scolaire. Qu’est-ce qui était le mieux? Faire les devoirs et les leçons en rentrant de l’école ou attendre après le souper, une fois les bedons bien remplis et les esprits reposés? Pour le savoir, j’ai fait le test, un peu involontairement, dois-je le préciser.

En effet, pendant une bonne partie de la première année de ma fille, nous alternions : trois jours en rentrant de l’école; deux jours après le repas. La raison? J’avais un emploi à temps partiel deux jours par semaine. Je peux vous dire que c’est rapidement devenu chaotique et que nous avons dû nous résoudre à faire les devoirs toujours après le bain, vers 19 h 15. Résultat : ma poulette était fatiguée et n’arrivait pas à faire la demi-heure demandée. Elle était tout simplement crevée. Les notes, à la dernière étape, n’étaient pas géniales, géniales.

En plein cœur d’été, j’ai donc pris une résolution : j’ai décidé de travailler exclusivement de la maison dès le mois de septembre. (Je suis travailleuse autonome; c’était possible, même si ça allait signifier moins de revenus…)

Planificatrice dans l’âme, j’ai commencé par établir un horaire assez strict pour que tout roule comme sur des roulettes. C’est bien connu : les enfants ― particulièrement les miens ― ont besoin de routine. La première année avait été difficile : nous avions eu droit à des crises monumentales, dont je vous passe les détails… Bref, c’était loin d’être tout rose, tout beau. Ça n’allait pas se reproduire (enfin, je le souhaitais!).

Bien sûr, au cours de l’année, nous avons connu des hauts et des bas. Nous avons appris que ma fille a un problème d’attention, ce qui compliquait un peu (beaucoup même!) les choses. Cela dit, avec le recul, je constate que de bien planifier et d’avoir une excellente routine nous a permis de passer à travers l’année scolaire sans trop d’égratignures!

Notre horaire était simple. Enfin, il me simplifiait la vie d’une certaine manière et nous laissait respirer en soirée. Ça faisait du bien. Pour illustrer mon propos, voici l’horaire selon lequel nous vivions notre quotidien l’an dernier.

15 h 45 – Arrivée des enfants

16 h 30 – Devoirs et leçons de l’aînée / Bain du cadet

17 h 15 – Bain de l’aînée / Préparation du souper

18 h – Souper

19 h – Lecture / Préparation des lunchs

19 h 45 – Routine du dodo

20 h – Dodo

En septembre, mon fils sera en première année. J’ai déjà tout prévu (ou presque). La dynamique sera un peu différente, c’est certain. Pour passer à travers la nouvelle année scolaire, je miserai sur ma qualité de planificatrice. La mijoteuse sera ma meilleure alliée, je vous le garantis. Les recettes pas compliquées, réalisables en 15 minutes aussi! Et je consacrerai probablement quelques dîners à la préparation du repas du soir, parce que les week-ends, je n’ai pas envie de les passer à cuisiner.

Bien sûr, comme travailleuse autonome, j’ai la chance de pouvoir décider si je fais faire les leçons et les devoirs l’après-midi ou le soir. C’est un vrai privilège. Et j’ai pu expérimenter les deux options. J’ai choisi la meilleure, à mon avis, pour ma fille. À vous de voir ce qui vous convient le mieux selon votre situation!

Bonne rentrée scolaire.

Article rédigé par Jaime Roussel
Maman et rédactrice-réviseure à la pige (kelazar.com)