Accoucher, c’est quoi ?

Neuf mois. Neuf mois que vous voyez votre bedaine grossir. Neuf mois que vous vous préparez à devenir maman. Neuf mois que vous avez hâte de lui voir la binette, de le serrer dans vos bras, de le câliner, de le bercer et de le regarder dormir. Neuf mois que vous êtes plus sensible aux histoires d’accouchement…

Accouchement

Concrètement, voici ce que votre corps vivra durant ce moment unique. L’accouchement se divise en 5 étapes : le travail préparatoire, la phase de latence, la phase active, la phase de transition et la poussée.

Durant le travail préparatoire, vous vivrez des contractions irrégulières. Elles provoquent de l’inconfort, mais ne sont pas douloureuses. Elles arrivent souvent le soir. Le col de l’utérus ramolli pour ensuite s’effacer et dilater. Il va se centrer avec le vagin. Bébé, quant à lui, est encore haut et flottant.

Félicitations, c’est le travail qui commence ! Vous êtes souriantes, bien que vous viviez un peu d’anxiété, de peur, d’impatience. C’est normal : vous entrez dans l’inconnu ! C’est important de rester dans le présent. Prenez un verre d’eau, un bon bain, changez de position, écoutez de la musique relaxante. C’est le temps de faire les derniers préparatifs et d’impliquer le papa. Avec l’augmentation de la fréquence des contractions, vous pouvez commencer à penser à téléphoner à la salle d’accouchement.

Lors de la phase de latence, le col continue de s’effacer et de ramollir. Vous dilatez jusqu’à 4 cm. Certaines vont remarquer de petites pertes sanguines rosées. La rupture des membranes peut survenir. C’est une phase très évolutive durant laquelle les contractions s’organiseront pour atteindre la régularité et augmenter en intensité. Leur intervalle est de moins de 5 minutes et elles durent moins d’une minute. La montée soudaine de progestérone aura un effet sur vos intestins.

Vous êtes de bonne humeur et vous avez faim ! C’est le temps de manger. N’oubliez pas qu’un accouchement peut être très long. Vous aurez besoin d’énergie. Votre confiance en vous augmente, l’attention que vous portez aux sensations aussi et vous ressentez de l’excitation. À ce stade, vous êtes ouverte aux expériences comme le ballon, l’acupression, etc.

La phase active est définie par un col entièrement ramolli et la dilation se situe entre 4 et 8 cm. Les contractions sont aux 2 à 3 minutes et durent entre 60 et 90 secondes. Bébé se présente en station -1 /0. Si les membranes n’ont pas encore rompu, le médecin peut décider de le faire durant cette phase.

Accouchement

 

On ne se mentira pas, c’est durant cette phase que vous ressentirez de la douleur. Vous serez en quête de confort, votre respiration sera plus consciente, vous rirez moins, vous serez plus concentrée et silencieuse entre les contractions. Vous ressentirez du découragement. C’est ici que le soutien de votre conjoint est important. Votre bulle se rétrécit. S’il vous parle, vous préférerez qu’il le fasse à voix basse. C’est le temps de vivre une contraction à la fois. Cette phase est la plus longue. La douleur est régulière et intense.

La phase de transition, entre 8 et 10 cm de dilatation, est plus courte que les autres et plus intense. Bébé est en station +1 /+2. Pour un premier bébé, vous pouvez estimer sa durée entre une heure et une heure et demie. Pour une multipare, estimez entre 30 et 45 minutes. Cependant, pour un bébé qui se présente en position postérieure, vous devrez être plus patiente.

Durant cette phase, vous sentez une poussée d’adrénaline. Une force et une puissance incroyables s’installent en vous. Vous aurez peut-être peur de mourir. Peut-être paniquerez-vous. Votre respiration change. Vous pouvez en profiter pour libérer des sons graves qui aideront votre corps à s’ouvrir. Pour celles qui sont prudes, vous vous surprendrez vous-même. Vous aurez soif, vous aurez chaud, vous aurez froid. Vous tremblerez. Certaines auront des nausées. Vos yeux révulseront. Vous serez inactives entre les contractions. Vous sentirez votre bébé descendre. Votre conjoint peut en profiter pour vous encourager à avoir confiance par son regard, par des mots choisis et prononcés d’une voix calme et basse. Il doit cependant respecter aussi votre silence.

En ce qui concerne la poussée, ne vous inquiétez pas. Toute une équipe médicale sera présente pour vous guider. Poussez tout le temps de la contraction et respirez entre chacune d’elles. Si vous vous demandez comment faire, c’est simple : vous utilisez les mêmes muscles que pour aller à la selle. Cependant, lorsque la tête du bébé traverse, vous ressentirez une douleur très particulière. Tellement particulière qu’elle porte même un nom : l’anneau de feu.

Lorsque vous aurez votre bébé dans les bras, au moment précis où l’on vous le déposera et que vous vous métamorphoserez en maman, vous serez au point de rencontre entre la plus grande des douleurs et le plus merveilleux des bonheurs ! Si la douleur a duré quelques heures, le bonheur, lui, durera toute une vie !

Article rédigé par Catherine Lemire
@vieenmere